vendredi 13 août 2010

Lost: Épilogue


Cet article contient des spoilers. J'ai donc décidé de le publier en blanc. Surlignez le texte pour pouvoir le lire.
Les passages "visibles" ne contiennent pas de spoiler.

Voici donc l'épilogue de Lost, ces quelques scènes se déroulant après/avant la fin de la série, scènes censées apporter des réponses, et cela n'a fait que confirmer ce que je pensais de la série. Ces 11 minutes passent assez vite et sont plus une manière de se moquer ouvertement des spectateurs qu'une véritable fin. Les réponses formulées ici sont totalement dérisoires, grossières, relèvent plus de la fan-fiction, et ne répondent pas aux questions les plus importantes qui elles n'auront jamais de réponse. Retour sur cet ultime épisode...

[Ces quelques scènes se déroulent donc après la mort de Jack, après que les autres (Kate, Sawyer...) soient partis de l'île pour de bon, lorsque Ben et Hurley ont repris la direction de l'île. Et bien évidemment, cela a lieu avant qu'ils meurent tous "tôt ou tard" et qu'ils se rejoignent dans l'au-delà (scènes "Flashsideways").

Tout d'abord, le cas "Desmond" n'est pas abordé ici, mais on se doute qu'Hurley a réussi à lui faire quitter l'île et qu'il a réussi à rejoindre Penny. La preuve étant que l'on voit dans cet épisode Hurley et Ben hors de l'île. Comment ont-ils fait? On ne sait pas. Passons.

On commence donc dans un entrepôt de la Dharma Initiative chargée d'effectuer des livraisons de vivres sur l'île, via des portails détectés par la station de la Lanterne (celle sous l'église à L.A.). La maintenir en fonctionnement devait être une solution de facilité pour Ben & les Autres histoire d'avoir des vivres directement acheminés sur l'île. Cette réponse à l'épisode 2x18 est certainement la seule explication valable que l'on peut retenir de cet épisode, bien qu'elle soit sujette à quelques incohérences. Si l'on remonte au 2x17, les ravitaillements doivent s'accompagner du verrouillage de la station du Cygne mais on ignore exactement pourquoi. Rien ne dit si une personne est à l'intérieur ou à l'extérieur des portes coupe-feu, et tout cela semble bien inutile. On ignore également comment le largage se fait (techniquement), puisque l'avion ou hélico en question doit rentrer dans l'espace aérien de l'île, larguer la palette de vivres et en repartir. Quand on voit tout le cinéma qui a eu lieu avec l'avion d'Ajira Airways, on peut douter de la faisabilité d'une telle chose.

La suite de l'épisode met donc en scène les employés de la Dharma Initiative, licenciés par Ben. Ils veulent des réponses, ils le méritent. De là, vient le gros couac de cet épisode. Quand le clin d'œil est trop gros, quand les choses sont abordées d'une manière lourde et absolument pas subtile, l'immersion dans l'histoire disparait, on est expulsé d'un coup de l'histoire. Une telle approche m'a rendu totalement réfractaire à tout ce qui a suivi. J'avais ressenti un peu la même chose dans le film Spider-Man 3, à vouloir être trop caricatural, le film était devenu sa propre parodie. Cet épilogue vire donc à la parodie, et cela se confirme ensuite.

Ben propose donc de voir le film de la station de l'Hydre. Avant même de voir la vidéo en question, je dois dire que le procédé m'a fait chier. Vous voulez des réponses? Alors on va s'assoir et les regarder tous ensemble. Non mais oh! C'est n'importe quoi là. En plus, on s'en fout pas mal de la Dharma Initiative, ce ne sont pas les réponses les plus attendues, tant la Dharma Initiative n'est absolument pas importante dans l'histoire globale (Jacob, MIB, lumière...). Bref, prendre environ tout le final avec ce film me semble être du temps perdu et on ne peut pas dire qu'on voit beaucoup les acteurs dans le temps restant.

Donc on a des réponses totalement inutiles, partagées entre redite et faits que l'on a compris depuis de nombreuses saisons. Qui se soucient encore des ours polaires après avoir vu leurs cages? On avait pigé le truc depuis un bon moment. Par contre, le seul point qui me posait problème n'a pas été abordé: Comment fait-on descendre un ours endormi dans la station de l'Orchidée? L'ascenseur est super étroit et la bête pèse un âne mort... euh non, 2 ou 3 ânes morts. C'était un des problèmes que j'avais et aucune réponse ne m'a été donné. Idem pour le fonctionnement de la station, qui expérimente les voyages dans le temps. Elle doit fonctionner selon le même principe que la roue ("eau & lumière"), mais rien m'explique comment les gens de la DH (et également MIB) savent comment confectionner de telle machine et en connaissent les effets. A côté de ça, on revient sur les biscuits poissons, les cages, les colliers, des détails sans aucune importance.

On nous sert également un oiseau génétiquement modifié pour justifier le fait qu'un oiseau vu dans le 1x24-25 & le 2x23-24 semble avoir appelé Hurley par son prénom. C'est parachuté, c'est des faits pour lesquels ils n'avaient aucune explication et ils ont trouvé un truc foireux à la volée pour y répondre. Du moins, c'est l'impression que ça donne. Et puis qu'est-ce qu'on s'en fout de ce piaf! N'y avait-il pas plus important?

La Room 23 est encore de retour. Là je pète un câble. Déjà que j'avais trouvé son retour en saison 6 inutile, là c'est le summum. C'est inutile, on savait déjà tout, cet épilogue étant une perte de temps.

Il y a également une petite référence au changement de nom du Dr. Chang, mais on ignore la raison, y a-t-il eu une "fuite" à l'époque pour qu'il doive changer de nom?

L'autre partie de l'épilogue présente Walt enfermé à l'hôpital psychiatrique de Santa Rosa. Pourquoi? Dans quelles conditions? On n'en sait rien. Il doit voir des morts comme les autres lors de leur départ de l'île, ça a dû le rendre fou mais ce n'est pas bien expliqué (il semble aller bien lorsque Locke lui rend visite). Il dit aussi qu'il pensait avoir été oublié de tous, tel un gros clin d'œil (une fois encore) à son traitement dans la série. La vérité, ce n'est pas tant la taille de l'acteur, c'est que les scénaristes n'avaient absolument rien à dire à propos de ce personnage. Quoique. Ils n'avaient rien à dire pour chaque personnage puisqu'on se fout d'eux, de leur vie comme de leur action... Donc Ben dit que Walt doit retourner sur l'île, aider son père a être "libéré", et il semble également avoir de grandes choses à accomplir. Lesquelles? On n'est sait rien, je buvais leurs paroles, j'attendais une réponse, un petit quelque chose et bien non rien: Blam! Écran noir: *LOST* Non mais oh!!! 'Foirés! Qui plus est, faire intervenir Walt n'a servi à quasiment rien et ne répond pas à aucune question le concernant: d'où tient-il ses pouvoirs? A-t-il déjà été sur l'île avant le crash ou y a-t-il une autre raison? Et bien on n'en sait rien et on ne saura jamais, on peut même se dire que les auteurs ne le savent pas eux-même.
]

Au final, ces quelques réponses semblent les plus simples à donner, pondues à la va-vite par des scénaristes intérimaires, et n'apportent absolument rien de nouveau. Les frustrations des spectateurs ne portent pas à mon sens sur les points évoqués et cet épilogue est donc totalement inutile, et verse même dans l'auto-parodie. C'est vraiment pitoyable. Cela met encore plus en lumière les défauts de la série, à savoir que le concept est très limité et verse trop dans l'inexplicable, tout le reste n'étant qu'un bouche-trou mal foutu dont on se fout éperdument et dont les auteurs se fichent eux-aussi. Ils n'ont aucune réponse à fournir, certaines idées étant lancées en l'air sans aucune explication derrière. Cet épilogue ne fait que le souligner en se moquant ouvertement du fait que certains demandent des réponses, alors que les auteurs n'en ont pas et s'en fichent ouvertement.

Mon avis sur la série n'a donc pas changé, il en est même conforté.

Les commentaires de cet article seront spoiler-free, ne les lisez pas si vous n'avez pas vu l'épisode.

2 commentaires:

Kiwi-Kid a dit…

Voila qui donne envie...
Perso, je pense que Walt n'a jamais eu de pouvoir, le coup de l'oiseau rare qui se plante dans la vitre n'étant qu'une coïncidence.
En revanche, l'enfant de Claire, né sur l'île, ne devait-il pas être un messie pour l'île ? Parce qu'il doit être le seul dont personne ne se préoccupe de s'il reviendra ou non là bas au final...

Léo a dit…

Haha, voilà une vive réaction qui semble te placer dans le camps des détracteurs ;-)

Pour mapart, j'ai adoré le final de la série (je l'ai anticpé dès le début de la saison 6, mais justement, ça prouve pour moi que c'est une qualité, puisque c'était la conclusionlogique à mon sens).

J'ai pris l'épilogue comme un bonus, et non une "vraie" fin. Je pense que les créateurs ont voulu rester fidèle à leur l'idée, et j'y vois une intégrité artistique plaisante.

Je comprends qu'on soit frustré de ne pas avoir toutes les réponses, mais dans la vie non plus on n'a pas toutes les réponses, et je pense que si les scénaristes ne les ont pas données, c'est avant tout parce qu'elles n'ont pas d'importance. Parfois, on se sent biaisé par un film ou une série qui lance des pistes gratuitement, ici, j'ai trouvé qu'il y avait une vraie mythologie (dont les auteurs ont peut être même toutes les origines en tête), mais le but de la saga, c'est de suivre le voyage de ces personnages auxquels on s'est attaché. L'île et ce qui s'y passe sont des étapes, pas une fin en soi, et on sait l'essentiel après tout.

Pour Walt, je pense que plus que son statut d'être d'exception, la mission pour laquelle on vient le chercher est celle de donner la paix à l'esprit de son père, qui reste piégé sur l'île. Un élément dont Hurley a connaissance et qui explique sa démarche.

On sait également que la tâche d'Hugo ne s'arrête pas là, mais comme dans la vie, on croise des personnes dont on ne connaîtra pas l'intégralité de la route, mais l'important c'est ce que cette rencontre nous a apporté.

Et en ce sens, l'aspect résolument spirituel de la série me paraît tout à fait cohérent.

Mais je comprends ton ressenti Yannzed!